Jour 49 / Distance parcourue 24H : 75 km / Distance parcourue totale : 3497 km / Arrivée Martinique : 1570 km

Fatigué ce matin.. Alors je traîne un peu. 5h00, ça rame dans une mer dont je ne comprends pas encore tout. Elle est assez différente de ce que j’ai connu. Je la trouve moins agressive quand elle vient taper sur le bateau. Certainement le courant qui part Nord-Nord-Est et moi qui essaie le plus possible d’aller Sud Ouest. Et bien malgré ça, le bateau, sans ramer, avance plutôt pas mal. Par contre, dans cette situation, dès qu’il faut ramer, c’est bien compliqué car je prends tout de travers. Je laisse donc voguer, à lutter un peu et, il faut le dire, légèrement au radar.

La chaleur, c’est quelque chose ici. Et de jour en jour ça monte. Je transpire beaucoup plus et l’air est assez humide. En fin de matinée, j’entends la respiration, assez loin, d’un dauphin. Je n’y prête pas plus attention et 15 minutes plus tard, idem de l’autre côté. Alors je me rends compte que ce dauphin est très grand, et gros surtout. Il est calme, magnifique. Le ballet dure tout l’après-midi jusque 16h où, d’un coup il sort et respire juste à côté de moi, en effleurant le bateau. Il est unique, certainement plus gros que mon bateau. Il a poursuivi ainsi et j’ai eu le temps de réaliser une prise d’image, que j’espère magnifique.

Ce genre d’instant efface un ressenti de journée mi-figue mi-raisin. Ce soir, je suis assez KO. Il est difficile de faire descendre le bateau plus au Sud. Il faudrait pourtant encore un peu. On verra quand les conditions le permettront.

Le big up du jour au 6h11. “Euh c’est quoi le rapport entre toi et ce 6h11 ?” Pff tu attends 5 minutes s’il te plaît Jean-Paul. J’explique donc pour ceux qui ont loupé l’épisode. Tu prends un gars. En l’occurrence : moi. Qui veut traverser des océans à la rame. Donc ce gars, logiquement, il pousse la grille du club de l’AS Gérardmer Aviron. Il fait la rencontre d’Arnaud Tixier (beau grand fort Président) et de Baptiste André, l’éducateur du club, qui me prend en charge pour les rudiments et le perfectionnement dans cette activité. Et une amitié se noue.

Ce fameux Baptiste a un enfant, Émile, qui est reconnu autiste et qu’il décide, avec sa femme Emilie, de faire suivre par le biais d’une méthode pédagogique particulière mais qui demande un investissement humain et matériel conséquent. Baptiste créé ainsi les “24h de l’ergo” pour aider et permettre à l’association qu’il a également créé, “A travers le regard d’Emile”, de financer en partie le projet éducatif. Et lors d’un repas autour d’une raclette, je lui propose de ramer une heure par semaine pour Émile (les kilomètres parcourus s’ajouteront à ceux réalisés lors des 24h de l’ergo). Et là Baptiste de rajouter : “Et si le temps de ta traversée toutes les personnes qui ont un ergo font pareil et m’envoie la photo ?”. Je lui demande à quelle heure est né Émile.. “A 6h11, un vendredi”. Donc voilà, tous les vendredis matin de la traversée de l’Atlantique, les kilomètres parcourus entre 6h11 et 7h11 sont accumulés, ainsi que ceux de l’ensemble des personnes qui souhaitent faire de même, et envoyer la photo sur le Facebook ou l’Instagram de l’association. Voilà, la quadrature du cercle est bouclée, le compte est bon, tout est bien qui finit bien, Zizou président (ça n’a rien à faire là Jean-Paul..)

Alors il y a deux mois, quand je suis parti, certains clubs d’aviron ouvraient exprès pour l’occasion à 6h11, et même des salles de sport. Maintenant, c’est plus compliqué mais ça perdure quand même. Il se dit (car je sais tout ^^) que notre international gérômois Paul Tixier (vice-champion du monde espoir) a mobilisé ses collègues là-dedans.. Le 6h11 vit, et après la traversée, mon petit doigt me dit qu’il ne mourra pas et deviendra une institution.

Sinon pour le big up d’hier, Marie-Ève est allée faire la commission : les Marguerite sont contentes d’avoir des nouvelles et surtout que je sois prudent. Ce soir, j’ai eu au tel toute la famille de Marie-Ève, avec le fils Pierre, coureur sur route au combien émérite, et qui a pris le tour du quartier pour une piste d’athlétisme. Il n’y a que l’adaptation pour parvenir à ses fins qui paie. Hey Pierre, je n’ai pas de conseils mais profite de ce mois différent pour bouffer de la corde à sauter 😅 Allez, la grande bise et pas de bêtises

Ah, j’allais oublier.. Un grand merci au journal l’Equipe pour ce bel article à paraître ce samedi matin, que je vous invite à retrouver ici !

UN JOUR UNE QUESTION

Merci à John Lopez de nous avoir envoyé sa question du jour ! Comme lui, n’hésitez pas, il vous suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous ^^

La question du jour par John : Salut Steph. Je lis avec beaucoup de plaisir tes brèves de journée et tu dois contempler des couchers et levers de soleil magnifiques. Mais est-ce que dans cette nature sauvage et éloignée, l’homme a quand même réussi à tout bousiller avec ses déchets ? Bref la question est : est-ce que tu croises beaucoup de plastique ? Si oui, ça doit être très dérangeant non ? La grosse bise”

Réponse de Stéphane : “Effectivement, il y a de tout. Beaucoup de choses qui n’ont rien à faire là. Je vois quand même surtout des contenants et des emballages. Alors j’en ramasse et je les mets dans les coffres devenus vides de bouffe et qui servent de poubelle. Sinon, ils se détruisent en très petites particules qui finissent dans le corps des espèces marines. Je pense que la solution n’est pas la sensibilisation. La solution, c’est de ne plus acheter des choses, nous, qui contiennent un minimum de ces merdes qui pourraient finir là. Et non ce n’est pas dangereux pour ramer, à part une fois ou j’ai pris une veste de quart dans une rame 😅”

Et encore merci à Vrai Roses pour la photo montage d’illustration!


Envie de soutenir Stéphane Brogniart et l’association ETARCOS ?

Tee-shirts ETARCOS disponibles sur

Devenez adhérent pour 20€ par an

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.