Jour 48 / Distance parcourue 24H : 75 km / Distance parcourue totale : 3428 km / Arrivée Martinique : 1636 km

Et si c’était LA journée charnière ? Hier soir, le bateau était quasiment à l’arrêt complet. Ce matin, c’était toujours le calme plat et vers 5h30, en un coup de pelle, je me suis retrouvé dans une mer avec quelques vaguelettes et, tout doucement, un courant est venu de plus en plus fort. Vers 10h00, je pouvais avancer, même sans vent.. Du bonheur !

Alors, j’ai passé 11 heures sur le banc de rame afin de descendre le plus possible au Sud pour ne plus subir cet anticyclone qui pourrait même m’envoyer Nord-Est ! Ce qui est le cas de Graham.. Souvenez-vous, il va à Antigua, 17 degré Nord. Donc il est plein Ouest là où j’étais il y a un jour et demi. Et bien là-haut c’est plus de 25 nœuds et tu es bazardé Nord-Est. Donc Graham, sale posture.. Il a fait communiquer à mon égard un message auquel j’ai répondu : celui qui arrive le premier paye sa bière ^^

Demain, fin de matinée, je devrais passer le 16 degré Nord en suivant mon cap à 230°. Ensuite, je vais redresser doucement, plutôt cap 245°, puis 15°30′ Nord cap 255°, et enfin 15° Nord cap 265° / 270° plein Ouest. Voilà, point routage fait ahaaha.

Plus jeune, depuis mes 13-14 ans, je suis un grand fan de France Inter. Je ne pense pas ne pas connaître une émission depuis 30 ans. Il y avait la météo marine avant, à 19h55. Avec cette voie inimitable.. C’était totalement incompréhensible pour moi à ce moment-là, et inintéressant. Ça serait maintenant, j’adorerais l’écouter. Pour faire dans la nostalgie, à l’âge de 15 ans et après avoir gagné trois ronds, je me suis offert un billet de train pour aller voir la maison ronde de Radio France. J’étais tombé sur Laurent Ruquier qui, à l’époque, animait l’émission “Rien à cirer” tous les dimanches midi.“Hey hey, vas y tente !” Quoi Jean-Paul ? Ça ne se fait pas.. “Mais si allez, fais pas ton timide !” Bon ok.. Si un jour je peux être l’invité d’une émission de France Inter pour narrer cette traversée avec cette personne de la météo marine, ça serait je pense un très grand moment de ma vie ! Bref, revenons à nos moutons.. Euh à nos poissons ! Merci Jean Paul ahah ahah

Mais oui, à nos poissons, tu as raison en fait mon petit Jean-Paul. Le premier évidemment que je n’irai pas bien sûr jusque Cuba 😉 Et re-poisson ce soir après cette journée où, depuis 4h00 ce matin, j’enquille bien. La chaleur, je la supporte, je n’ai plus vraiment besoin de sieste, je n’ai absolument pas mal au Q donc je peux rester 3 heures non-stop à ramer sans problème. Mais d’un coup, généralement vers 15h30, boum.. ça ne veut plus. Donc j’arrête pour pouvoir profiter des 2 heures de soleil restant pour faire les tâches quotidiennes de jour. Je me lève du siège et là, j’aperçois des dizaines de dorades autour du bateau. Vite le harpon ! Bing ! Et en voilà une au premier essai ! Elle fait un bon mètre, bleue et jaune fluo. Je la remonte et comme hier, elle se débat et me mets du sang partout. Le temps de chopper le couteau pour faire ce qu’il faut pour qu’elle arrête de me repeindre le cockpit, vidée, nettoyée, filets tirés.. Je mange la moitié crue, avec juste un brin d’huile de chez Chris et Olive et avec un filet de citron. Et l’autre moitié en simple aller-retour, à l’huile et sel. Le repas de ce soir était fait.

Cette journée reste à confirmer mais la mer, je ne l’ai jamais ressentie comme ça. La lumière est un poil différente, j’ai l’impression d’être passé à une autre étape. Et puis l’eau est beaucoup plus chaude. Bref, c’est loin de sentir l’écurie – ah non, ça c’était pour le trail – alors de sentir.. et bien on verra, car tout le monde me dit que je sentirai la terre avant de la voir. J’en ai encore pour une bonne vingtaine de jours si je ne suis pas trop coincé.

Le big up du jour a celui ou celle de Rochesson qui pourrait donner des mes nouvelles aux deux Marguerite, ma voisine et la bonne soeur, avec qui j’aime encore bien tailler la bavette. Confinées et sans Facebook, à moins que France Inter parle de moi, elles ne sauront jamais où j’en suis et je suis sûr qu’elles seraient rassurées.

Demain matin, un certain nombre d’entre vous vont ramer chez eux pour Emile. D’ailleurs aujourd’hui, jeudi 2 avril, c’est la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Alors je compte sur vous pour inonder Instagram de votre solidarité, pour ce mois de l’autisme, en vous affichant en bleu (ou juste un flot) avec en hastag #OnRameTousPourEmile et en identifiant @atraversleregarddemile et @etarcos_adventures !

Merci, la grande bise et à demain pour la transformation de l’essai d’aujourd’hui !

UN JOUR UNE QUESTION

Merci à Anthony Begrand, qu’on avait aperçu aux côtés de Stéphane Brogniart lors de son tour des Vosges en ski-roues, pour nous avoir envoyé la question du jour. SI vous aussi vous voulez poser votre question à Stéphane, il suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous ^^

La question du jour par Anthony : “Hello Steph Tu as préparé ton aventure avec des rebondissements de planning et d’organisation avant même d’embarquer. A ce stade de l’aventure, et en ayant fait la connaissance de Jean-Paul, que penses-tu tu avoir appris sur toi-même que tu ne savais déjà ? On pense à toi. La bizz.”

Réponse de Stéphane :Salut l’Ajolais ! Pas mal de choses.. Que je pouvais avoir un tel niveau de résistance aux différentes frustrations liées au manque de relations sociales. Que la nature impose et que je dispose. Avoir redéfini certaines choses dans ma vie qui resteront pour toujours. Mais surtout me consacrer encore plus aux autres dans mon travail d’accompagnement des athlètes, dans mon quotidien. L’endroit est propice à un vrai travail sur moi.”

Et encore merci à Vrai Roses pour la photo montage d’illustration!


Envie de soutenir Stéphane Brogniart et l’association ETARCOS ?

Tee-shirts ETARCOS disponibles sur

Devenez adhérent pour 20€ par an

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.