Jour 45 / Distance parcourue 24H : 46 km / Distance parcourue totale : 3268 km / Arrivée Martinique : 1724 km

Lundi 30 mars 2020. Il est 4h00. Je me réveille bien reposé, en forme. La mer est très calme, voire mer d’huile. Plutôt pas mal pour ramer de nuit. Alors je déroule tranquillement une rame très académique. Je profite de cette stabilité offerte pour faire pas mal de pauses bricolage. J’avais notamment changé le filtre du dessalinisateur un peu vite et il bougeait trop.

Vers 9h30, ça tombe : “Steph, il faut faire du Sud le plus possible et aller sous 17° Nord, sinon en fin de cette semaine, tu vas te trouver avec du vent qui te poussera au nord”. Ah.. comme si c’était le truc dont j’avais besoin dans cette journée qui allait être longue.. Zéro vent, courant bof, et une chaleur de pire en pire. J’en profite pour finir ce que je faisais : une vidéo et photo du jour. J’ai d’ailleurs été obligé d’envoyer un mot à Benoît Gandolfi, avec qui on aime bien se tirer la bourre pour ces-dites photos du jour (et aussi maintenant mon binôme pour l’accompagnement des athlètes Trail). Benoît, je peux rentrer, j’ai LA photo !

Bon, donc et bien je vais m’atteler à y descendre, plus au sud. Je pointe ma position : 17°40′. J’ai 4 jours devant moi pour atteindre ma cible. Donc je sors la bouffe, 4 litres de flotte et passe 6 heures sur le siège pour terminer à 17°28′ ce soir. Demain, ça devrait être la même : je pars en raid pour ne pas me retrouver coincé. Cette traversée est déjà très compliquée, si je peux éviter un supplément et qu’il faut que ça passe par du gros volume en plein cagnard, et bien tant que le corps pourra, je vais tabasser pour être le plus bas possible.

Alors je me bats et on verra. Alors oui, je n’ai effectué que très peu de milles nautiques, mais ça a été très agréable de poser un beau geste enchaîné régulièrement dans un calme religieux . La mer est calme, plate comme la flaque de Gérardmer en été. Le remous de mes pelles me rappelle que j’avance.. Quoi ?? Oui Jean-Paul, je recule mais j’avance, c’est bon, c’est pas la peine de ricaner.. Tout le monde sait très bien que l’aviron est un sport de jambes où il faut pousser fort en arrière et finir par une virgule avec les bras, d’où le fait d’aller en arrière sur un siège à coulisse ! Ok Jean-Paul ? Ça te va ??

Au passage tiens, pendant que l’on parle de ça, juste comme ça pour Baptiste André qui, au cours d’un stage où je débutais l’aviron où j’étudiais toute une théorie sur la technique, les forces, les bras de levier, les réglages, le timing, la position, l’angle, la vitesse d’exécution, bref environ 45 minutes de cours, finit par me dire : “De toute façon Steph, plus tu pousses fort, plus tu vas vite”. Ok. Donc, cet après-midi Baptiste, je m’en suis rappelé et j’ai poussé ! A 16h00, j’étais bien rôti..

Alors je remballe les gaules et.. plouf ! Par une telle mer et un bateau à l’arrêt qui n’avance quasiment pas, aller nager, gratter sous la coque sur laquelle aujourd’hui de grandes nappes de limons étaient accrochées, c’était assez impressionnant. Ce soir, il n’y a pas un bruit. Juste le soleil qui se couche, la mer plate.. L’un des plus beaux moments de cette traversée jusqu’à présent. Ce 360 degrés là, au bon endroit et au bon moment, ça fait aussi du bien. Ne pas être que dans le rendement après ces journées un peu castagnes. Ces moments-là sont appréciables . Donc affaire à suivre attentivement demain quand je vais recevoir les infos météo et de routage pour connaître l’évolution des jours à venir.

Le big up du jour à l’ensemble de l’équipe PC Atlantique, qui se démène pendant que je suis là en train de batailler avec les éléments et qui ont mis un supplément de difficulté (et c’est pas fini). Parce que c’était moi, ils organisent tout à terre : le quotidien, les posts, les gardes si j’appelle pour un problème quelconque, me soutenir par message, m’aider comme ils le peuvent, m’assister techniquement, boire l’apéro pour moi (ils trouvent tous les jours un truc à fêter), etc.. Et surtout dans l’éventualité que je mette bien au-delà du temps maximal que j’avais prévu, trouver une solution, prévoir qu’à l’arrivée là-bas je serai plus qu’affaibli et donc pas question de chopper votre virus. Donc là aussi ça s’organise. Pour revenir dans les sapins idem. Bref, très gros big up à eux la famille Etarcos ! La grande bise et pas de conneries..

UN JOUR UNE QUESTION

Aujourd’hui, la question du jour nous est envoyée par Stéphane Letartre. Vous aussi, vous pouvez nous adresser vos questions pour Stéphane en cliquant sur le bouton ci-dessous 🙂

La question du jour par Stéphane L. : ” Bonjour Stéphane. Encore bravo pour tous ces jours de rames ! Mais après, ton corps s’est habitué à un effort unique, répétitif, usant même ! A part le repos, fais-tu des étirements et d’autres exercices pour compenser l’unique rameur ? Un immense courage pour la suite marin !”

Réponse de Stéphane B. : “Salut.. Effectivement, à part le repos, c’est assez difficile de s’étirer dans cet endroit. Quand je m’allonge, je m’étire de tout mon long. Mais c’est surtout quand je vais à l’eau que j’en profite pour travailler dans tous les sens les articulations et les muscles. Sinon, je fais des exercices de chaises de 1 minute quand je me lève, une dizaine de fois dans la journée.

Et encore merci à Vrai Roses pour la photo montage d’illustration!


Envie de soutenir Stéphane Brogniart et l’association ETARCOS ?

Tee-shirts ETARCOS disponibles sur

Devenez adhérent pour 20€ par an

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.