Jour 42 / Distance parcourue 24H : 40 km / Distance parcourue totale : 3149 km / Arrivée Martinique : 1809 km

Moins de 30 milles nautiques avec 9h de rame… Encore un nouveau record de lenteur. En une semaine, j’aurai effectué 3 des plus petites journées de la traversée. Donc oui, je vais y passer pas loin, voire au delà des 70 jours, mais bon.. Comme ici ce que tu prévois, c’est déjà ça qui ne se passera pas 🤷🏽‍♂️ On verra. Mais bon, les équipes à terre avec leur “t’inquiète tu auras assez”, je voudrais bien les voir seuls au milieu de la flaque. Car se retrouver à sec de bouffe, sans possibilité de faire le plein, je peux te dire que le petit stock de 6-7 packs quotidiens, je suis content de les avoir.

Car oui je n’avance pas du tout comme prévu. La météo n’est absolument pas stable, et j’ai rarement plus d’un 1 jour sur 5 -6 qui sont favorables. Je me doutais de ce qui allait exactement se passer. Je ne suis maître que de mon instant présent et du cadre de mes journées qui me tiennent, sinon tu glisses et sombres. Du coup, j’ai rallongé les pauses car 42 jours toujours sur la brèche, il y a des jours où tu as besoin de plus de repos.

Ce matin, je pensais aux sportifs outdoor et me demandais où ils faisaient leur confinement. Renaud Lavillenie sûrement chez lui car il a un sautoir, BenJamin Choquert doit avoir élu domicile dans les vestiaires du stade, comme ça il peut taper des séances de piste toute la journée, et Rémi Bonnet lui dans la cabane au dessus du KV de La Fully. Pour le km, ils n’ont pas dit horizontal ou vertical ahaha Donc il doit s’en taper 4 -5 par jours. Là-haut, avec un sac de semoule, du fromage de montagne, il tient 3 mois ^^ Et la petite fontaine qui va bien à côté pour les cyclistes.. Par contre, je voudrais bien savoir en France combien de Tour de France ont été fait avec les appli Home Trainer. J’imaginais que les cabanes en montagne au pied des voies sont remplies de gaillards et de stocks de bouffe. Kilian va en course en courant avec son autorisation ^^ Vu là où il habitent tout de même, 15000 d+ et d- par semaine pour aller 2 fois à la superette. Et encore, il fait exprès d’oublier quelque chose pour y retourner.. “Pas grave” aurait-il dit, j’aurai du jus pour l’été !

Ah oui, ça mouline des fois quand tu rames. Enfin si on peut appeler ça ramer.. Surtout éviter de trop se faire tabasser.. Je sens aussi que j’ai perdu en tonus musculaire. J’ai maigri, j’ai donc moins de masse musculaire. De fait, je me rattrape moins vite et je me cogne beaucoup la côte. J’ai mal, il doit y avoir un truc pas trop bon mais j’arrive à ramer. Le doigt n’est pas trop beau mais le pouce n’est pas le plus important, et les tibias sont bien dégueulasses. Car avec l’eau de mer, tout le temps dessus, ça a du mal à se soigner.

Je lâche un peu prise après plus de 40 jours. Et il pourrait m’arriver n’importe quoi de pire, ça ne me ferai ni chaud ni froid. J’ai beau avoir plein de liens à terre, après plus d’un mois sans voir personne, tu te détaches. J’ai hâte de revoir tout le monde. Au final? j’aurai plus de 2 mois sans contacts physiques alors heureusement que les liens de communication sont possibles. Alors je me suis souvenu cet après midi du livre de Tavae Raioaoa, “Si loin du monde” (merci Wilson pour les infos ^^). Ce pêcheur tahitien avait passé 4 mois en dérive.. Là, pour le coup, la relation avec la vie et la mort était très proche. Il raconte que finalement, il pensait qu’il valait mieux se laisser partir et puis, bien non. Il a eu comme une apparition de ses ancêtres qui lui ont dit : “Non, bats-toi !”.

Bon, c’est pas le tout mais on dirai que ça va mieux qu’hier. Non, c’est surtout que je suis las de me battre comme un diable tous les jours pour n’avancer de rien. Alors aujourd’hui, je me suis un peu relâché. Il reste 30 jours et si je veux enquiller comme depuis 40, le corps ne tiendra pas. Je dois me refaire car j’ai moins de forces et pas mal de petites blessures à gérer. Bon, c’est déjà assez long, le Jean-Paul nous aura foutu la paix, et le big up était pour Tavae. La grande bise à demain..

UN JOUR UNE QUESTION

Les questions arrivent toujours autant nombreuses, tout autant que vos messages de soutien, et nous vous remercions grandement pour toutes ces attentions. Aujourd’hui, la question nous vient d’une grande connaissance de Stéphane, l’ultra-traileur corse, Guillaume Peretti !

La question du jour par Guillaume : Salut l’ami ! Ma question est simple : as-tu eu des moments d’angoisse ? Comment gères-tu ça dans ton radeau seul ? La bise et forza !”

Réponse de Stéphane :Oui des moment d’angoisse, j’en ai eu au début avec le temps gris et qui était très fortement agité. Je me suis équipé pour le pire et suis resté sans bouger, à attendre, c’est tout. j’avais déjà prévu que si ça arrivait, de vite m’équiper et de me mettre en sécurité, tout rangé si le bateau se retournait, et moi équipe de mon casque et ma combi fournie par Jaws Company.”

Et encore merci à Vrai Roses pour la photo montage d’illustration!


Envie de soutenir Stéphane Brogniart et l’association ETARCOS ?

Tee-shirts ETARCOS disponibles sur

Devenez adhérent pour 20€ par an

1 réponse
  1. lydia
    lydia dit :

    Bonjour, quel courage et quelle endurance. Merci de nous régaler tous les jours avec votre humour ! #admiration. Confinés on ne peut pas sortir sur l’eau mais grâce à vous on rêve d’aventure. Merci. Courage, tenez bon, vous allez y arriver !

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.