Jour 38 / Distance parcourue 24H : 56 km / Distance parcourue totale : 2876 km / Arrivée Martinique : 2070 km

Une journée de tous les records ! Ça avait commencé fort ce matin avec la plus petite nuit de dérive :13 milles nautiques. Et plus petite distance parcourue en 24 heures avec 10 heures de rame : 30 milles nautiques. D’ailleurs, je viens de réaliser les deux plus petites journées depuis le début de la traversée en trois jours. La deuxième moitié commence fort..

Fort, ça a l’air d’être le cas ce soir ! Car à l’heure où je vous écris, il est 18 h lundi soir. Et bien ça commence à pousser ! Il semblerait, selon l’équipe routage, que dès ce soir ça envoie au moins jusque jeudi. Je vais pouvoir descendre en travers assez vite, j’ai 4 degrés Nord à descendre sans trop rallonger. Donc le fameux cap 235°, que je ne vais plus quitter quasi jusqu’à la latitude du Robert, à la Martinique, mon point d’impact. Ensuite, prendre le courant des Caraïbes qui va me pousser jusqu’à destination. Alors en sachant que 1 degré nord à descendre, c’est 60 milles nautiques, que j’ai cap 240° pour arrondir, combien de milles nautiques dois-je faire pour descendre d’un degré ? Et comme je dois passer de 19 degrés à 15 degrés nord, combien de milles nautiques à faire ? En moyenne, je réalise 40 milles par jours, en combien de jours serai-je à la latitude du Robert ? Chers parents d’élèves, vous pouvez me dire merci, vos enfants vont faire autre chose que Netflix et Tetris 😅😅 Et si ils finissent vite, dites le moi, des comme ça, j’en ai un wagon, ça m’occupe bien les journées 🤓

En parlant de journée, celle d’aujourd’hui, que l’on pourrait qualifier de ras la casquette, où des fois je n’arrive pas a trouver le flow, c’est parasité. Alors je fais un reset. Je mets le masque, me penche par dessus bord.. La mer est plate ce matin à 10h00, l’eau transparente. Harpon à la main, je plonge en dessous du bateau. C’est un véritable aquarium. Il y a beaucoup d’espèces différentes, et de toutes les tailles. Quand ils m’ont vu avec mon harpon, je les voyais se marrer et se dire : “Tiens, comme chaque année, v’là les loustics avec leurs boîtes à chaussures qui pensent nous chopper avec ça !” Bref, j’ai remballé après 30 minutes de plongée et 5 tirs avec comme bilan : que dalle ! Mais je peaufine et commence à piger le truc.. A mon avis, arrivé sur l’étal du poissonnier en Martinique, je devrais y arriver 😅😅😅

Pour terminer la journée, je fais mon point cartographique, c’est à dire mettre mon point à l’endroit où je me trouve. Mais j’en fais un deuxième dorénavant : celui de mon rosbeef Graham ! Je m’en suis rapproché malgré cette misère de journée d’un point de vue comptable. Dans trois ou quatre jours, nous devrions être très précis sur le dénouement de ce “crunch”.

La nuit dernière, et celle qui arrive, sont juste incroyables. Les gars qui font la déco de nuit sont meilleurs ici que dans les Vosges ^^ A la lueur d’une lune rousse, toutes lumières du bateau éteintes, j’ai un spectacle juste parfait. Autant d’étoiles, autant de couleurs, de tailles, d’intensité, de luminosité.. C’est fou ! il n’y a pas photo? ce sera la plus belle image de l’aventure;

Le big up du jour à ce poisson volant qui est passé entre le replat de mon cockpit où je rame et les barres de protection, 40 cm plus haut. Bravo, belle perf ! C’est comme passer en avion entre les pattes de l’arc de triomphe. Donc je peux vous faire la grande bise en espérant rien car ça ne sert plus à grand chose d’espérer, il faut faire au mieux chaque instant, ne rien avoir à se reprocher, garder sa ligne de conduite, et défendre bec et ongles sa cause noble personnelle..

UN JOUR UNE QUESTION

Merci au multi-champion du monde de canoë-kayak, Thierry Saïdi, pour nous avoir envoyé sa question hier ! Comme lui, n’hésitez pas, il suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous ^^

La question du jour par Thierry: ” Salut Stéphane ! Tu rames… tu rames… mais est-ce que tu prends le temps parfois de regarder l’océan, juste contemplatif, comme ça sans penser à rien, à rien, à rien… regarder et écouter ? Et si oui, .. alors.. c’est beau ? c’est beau comment ?”

Réponse de Stéphane : “Salut Thierry.. Même si je suis préoccupé par l’avancement et que je suis plus que juste en terme de timing, oui je contemple. Et je le ferai d’avantage quand je serai proche du but car c’est un moment unique dans sa vie, Le soir surtout quand j’arrête avant le coucher de soleil. Je suis un, ici et nulle part ailleurs. Oui, c’est incroyablement beau..”

Et encore merci à Vrai Roses pour la photo montage d’illustration!


Envie de soutenir Stéphane Brogniart et l’association ETARCOS ?

Tee-shirts ETARCOS disponibles sur

Devenez adhérent pour 20€ par an

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.