Jour 34 / Distance parcourue 24H : 80 km / Distance parcourue totale : 2618 km / Arrivée Martinique : 2307 km

Alors là, journée de transition aujourd’hui.. Une matinée à ne pas trop ramer mais à gérer le réglage du bateau. Le vent et la houle qui partent à l’Est, et moi qui veut tirer à 240° pour éviter une zone de calme complet juste au dessus de moi. Apparemment, je suis passé au ras des étiquettes de cette zone.. Et puis j’ai également passé pas mal de temps à répondre à des sms de félicitations pour avoir atteint la moitié de la traversée. Oui, ce n’est pas grand-chose, mais le plus difficile a été fait.

Bon, là il n’y a toujours pas un vent de dingue, donc c’est l’appel au charbon pour avoir le minimum syndical ! Je finis avec 45 milles nautiques parcourus. J’ai coupé plus tôt pour préparer une bouteille à la mer et collecter de l’eau de ce milieu de traversée, et la conserver en souvenir dans une bouteille. Pour fêter ça, petit apéro avec un extra prévu à cet effet : un paquet de Belin Monaco. J’en raffole.. Et puis prendre plus de temps au téléphone avec Thiery [le boss de CeramiQ] qui m’a rendu compte vraiment de la situation, dont je n’imaginais pas grand chose même si j’avais la plupart des informations. Bon, et bien je vais donc rester en Martinique un moment avant de rentrer si j’ai bien compris.. En attendant, il me reste un peu de taf pour mettre les pieds sur la terre ferme et d’ici là, il se sera sûrement passé beaucoup de choses.

Le big up du jour à mon drapeau bleu blanc rouge à l’arrière du bateau qui commence à être rogné aux extrémités, mais toujours vaillant et qui ira au bout du défi ! Malgré les blessures, j’en arriverais presque à me dire que c’est moi bientôt qui vais vous remonter le moral, genre : “allez les gars, tenez bon chez vous, ne devenez pas alcooliques, continuez les exercices dans le salon, un jour vous verrez, vous pourrez courir en montagne et ce sera comme le plus beau jour de votre vie, vous verrez les choses autrement après, soyez patients et tenez bon, allez allez 😅😅😅” Bref, tout ce qu’on me disait à moi jusqu’à y’a une semaine 😅😅

Sinon, je suis preneur d’info sur ces oiseaux qui passent, volent au ras de l’eau, tournent autour du bateau, montent, descendent.. Un oiseau, jusque là, ok. Mais nous sommes au milieu de l’Atlantique !! Comment c’est possible ?

Pff quoi encore ? Ce fameux Jean Paul, mon compagnon imaginaire, qui me dit dans l’oreillette, juste avant de dire le mot de la fin, que vu la vitesse où je vais, ce serait ballot que la bouteille lancée à la mer arrive avant moi en Martinique ! Euuuh, tu te crois drôle et intelligent Jean Paul ??😡 Bon allez, la grande bise et au lit, car j’ai la chance d’avoir encore un mois de taf pour sauver ma peau..

UN JOUR UNE QUESTION

Encore merci pour toutes vos questions que nous recevons, nous essaierons bien sûr de toutes les traiter ! Aujourd’hui, nous avons l’honneur de recevoir une question d’un des plus grand ultra-traileur mondial, celui que l’on surnomme le “Métronomme”, Antoine Guillon ! Alors vous aussi, cliquez ci-dessous pour nous envoyer la vôtre ^^

La question du jour par Antoine : ” Salut Stéphane, en tant que collègue d’ultra, je ne peux qu’être embarqué, à distance, sur ton superbe défi. Je peux dire que tu as réglé le métronome (tu me comprends), et malgré tout, je me demande si cette harmonie du geste et de l’autonomie te vient des précédents ultra trails, ou si la mer t’a donné des enseignements… et lesquels ? La bise non contagieuse.”

Réponse de Stéphane : “Salut Antoine ! Alors oui, effectivement, rentrer dans son geste, se mettre en quasi auto-hypnose pour être au plus près du ressenti et qui fait avancer, ça, ça vient de l’ultra. Par contre ici, j’apprends que la nature te propose quelque chose qui ne te permet plan. Donc tu dois rester dans cet instant le plus adapté, mais toute projection s’avère fausse. Je dois rester ici, et un jour j’arriverai. Ça, pour toi ça serait comme pour moi le plus dur. Impossible de prévoir quoique ce soit et il faut se soumettre aux éléments qui sont ici les plus forts. On ne peut dompter que l’instant présent.”

Et encore merci à Vrai Roses pour la photo montage d’illustration!


Envie de soutenir Stéphane Brogniart et l’association ETARCOS ?

Tee-shirts ETARCOS disponibles sur

Devenez adhérent pour 20€ par an

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.