>>>> Lien pour le compte-rendu du jour 2 – cliquez ici <<<<<

Samedi 15 février, 19h00 heure d’El Hierro. 20h00 à Rochesson. Aujourd’hui, après l’excitation du départ hier soir, c’était la première vraie découverte de mon nouveau terrain de jeu, et du quotidien qui allait m’attendre lors de ces prochaines semaines. Jean-Pierre Habold et Stéphane Barbet m’avaient d’ailleurs prévenu : malgré tous les tests réalisés, les premières heures ne seraient pas si simples. TG et rame qu’ils disaient..

Gérer le stress de ce nouveau quotidien, pris entre cette solitude soudaine et cette nécessité de garder le contact pour ne pas décrocher, entre ce lien à la terre et cette météo qui m’oblige à rester vigilant en permanence. Stéphane Barbet avait d’ailleurs raison. On a pris le cap un peu plus au sud que prévu, pour éviter cette perturbation, et pourtant ça commence à lever sévère. La fenêtre de départ était vraiment restreinte. Je n’aurais jamais pu partir plus tard sans attendre ensuite plusieurs jours pour attendre de nouvelles conditions favorables.

Cette 2ème nuit risque d’ailleurs de ne pas être tranquille. Rien de bien méchant certes, mais il va falloir s’adapter à ces éléments. Je contourne par le sud cette “tempête” prévue ces prochains jours, oui c’est vrai (c’est là que tu te dis que c’est un luxe d’avoir un routeur comme Stéphane Barbet), mais malgré tout je vais en ressentir fortement les effets secondaires. En attendant, les contacts avec l’équipe à terre me rassurent, et me réconfortent surtout. Je multiplie les échanges, comme si finalement nous en avions tous besoin. Après, on peut dire tout ce qu’on veut. On fait tout sauf le malin, ici, seul face aux éléments..

(Après un départ très “ouest”, Stéphane tire plus au sud pour éviter l’intempérie qui s’annonce sur les Canaries)

D’autant plus que, depuis le départ, je suis quelque peu brassé. Je dois être vigilant dans mes prises alimentaires. La 1ère n’est d’ailleurs jamais passée.. Jamais trop à la fois, mais fréquemment. Je consomme tellement d’énergie sur une journée que je ne peux me permettre une quelconque erreur. Mais ça va, j’arrive à gérer. Le stress d’adaptation à mon nouvel élément n’ajoutant rien. Egalement, le soleil cogne fort. Très fort. Ça va être un vrai paramètre à prendre en compte. Bref, dès le début, tu comprends ce qu’il va t’attendre. Perso, vous me connaissez, ça me va très bien comme ça..

Niveau poste de travail, pour ce début, j’alterne 1h de rame et 45′ de pause. Ce n’est pas de trop pour comprendre tout ces éléments. Malgré tout cela, à un moment donné complètement inattendu, la magie opère ! Le privilège de l’océan. Pendant 10′, j’aperçois des dauphins nager à côté de moi. Instant magique et tellement privilégié, qu’il en est impossible de retranscrire les émotions que l’on ressent à ce moment là.

Par contre, ce soir, au vu des conditions météos, même si je vais éviter le pire, ça risque sacrément d’être sportif ! Je vais malgré tout essayer de bien dormir, c’est probablement un des éléments les plus important pour garantir le succès de la traversée. D’ailleurs, au menu, ce sera pâtes aux légumes méditerranéens ! J’en entends déjà dire que c’est la base.. Je n’ai jamais eu autant envie de dire qu’ils avaient raisons. Et dire ce n’est que le 1er jour de cette incroyable aventure.. Une aventure qui s’annonce déjà plus que passionnante.

La grande grande bise à tous..

1 réponse
  1. rinty35
    rinty35 dit :

    Merci pour cette première page d’un journal de bord qui s’annonce captivant. Bon courage à toi, et comme tu dis, ces premiers jours sont très importants. Il faut tout de suite se mettre dans le rythme pour mener cette aventure dans de bonnes conditions. Au plaisir de te relire.

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.